Si j’étais un puriste, je ne ferais plus de crèche

Si j’étais un puriste, je ne ferais plus de crèche

Certes, la crèche est un mélange d’évangiles apocryphes et de paganisme. Certains l’installeront quand même !

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 14 décembre 2007

Auteur : Adrián Calvo-Valderrama

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Si j’étais un puriste, je ne ferais plus de crèche… Pensez donc : la Réforme avait affirmé le principe de « l’Écriture seule », et voilà qu’à Noël, nous installons des crèches qui ne sont rien d’autre qu’un fatras de traditions issues d’un mélange d’évangiles apocryphes et de paganisme. Qui plus est, la date de Noël (choisie en 354 pour l’Occident) est une adaptation de fêtes païennes (Saturnales et culte de Mithra).

Les crèches se développent dans l’Italie du XVe siècle. Elles puisent dans le vivier des légendes. Le bœuf et l’âne sont issus de l’évangile du pseudo-Matthieu. Cet évangile tardif (VIe ou VIIe siècle) développe ce symbole. François d’Assise reprendra ce thème dans sa première « crèche vivante » en 1223. L’âge de Joseph vient du protévangile de Jacques. Celui-ci cherchait à justifier la virginité de Marie en la rendant compatible avec l’existence de frères et sœurs de Jésus. Du coup Joseph devient un homme plus âgé, ayant eu des enfants d’un premier mariage. Le tour de passe-passe est joué… Quant aux « trois rois mages », rappelons que l’évangile de Matthieu ne parle pas de rois mais de « mages » (prêtres du zoroastrisme). Il ne précise ni leur nombre, ni leurs noms, ni leurs âges, ni leurs couleurs de peau. Dans l’histoire (rocambolesque !) de l’interprétation des mages, il y en eut tour à tour douze, quatre ou trois… On a une trace de leurs noms dans un autre apocryphe, « l’évangile arménien ». Enfin, la « pastorale des santons », cette tradition provençale quasi mondialisée, met des curés dans la crèche… Cherchez l’erreur.

Bon je vous le dis : j’adore les crèches ! Pour rien au monde je cesserais d’en installer chaque année. On ne peut pas toujours être cohérent… Ce serait trop triste ! […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Le roi Salomon

Le roi Salomon

Le nom Salomon, Shlomo en hébreu, vient de la racine shalom qui signifie la paix. Récit n° 16/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Bible et écologie

Bible et écologie

Les nouveaux prophètes de l'écologie seraient-ils en train de réinventer un salut par les œuvres ?

Un contenu proposé par Éditions Olivétan
Les craintes du réchauffement climatique sont-elles alarmistes ?

Les craintes du réchauffement climatique sont-elles alarmistes ?

Qu'en penser compte tenu de la promesse de Dieu dans la Genèse ? La réponse d'un théologien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !