1572, la Bretagne échappe aux massacres

Pourquoi n’y a-t-il pas eu de Saint-Barthélemy en Bretagne ? Quatrième article de la série « Les Bretons et la Saint-Barthélemy ».

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 4 août 2016

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Nos Huguenots bretons sont finalement passés au travers des massacres parisiens de la Saint-Barthélemy, à la notable exception du baron de Pont-L’Abbé. S’ils rentrent peu à peu dans la province, par des chemins différents, ils y sont précédés par les rumeurs puis la sidération qui accompagne l’événement. Un enjeu fondamental reste quelques jours en suspens. Le massacre va-t-il se limiter à la capitale ou s’étendre au reste du Royaume ? Durant cette période critique qui soulève encore beaucoup d’interrogations aujourd’hui, tout peut basculer. On le voit bien dans les provinces du Centre et de la Loire, où la chasse aux huguenots atteint Orléans, Gien, Saumur et Angers. Une des victimes de ces journées fut l’ancien pasteur de Vitré, Mondonay de Goulaine.

Nos Bretons se trouvaient d’autant moins en sécurité qu’il se disait que le Duc de Bourbon-Montpensier, gouverneur de la province, avait été un des plus acharnés à tremper son épée dans le sang des huguenots parisiens et qu’il brûlait d’étendre l’hécatombe à sa province. Comme il ne résidait pas dans son gouvernement, il ne put que transmettre ses ordres par écrit aux villes de Bretagne, comme en témoigne la lettre du 25 ou 26 août qui parvint aux échevins de Nantes quelques jours plus tard : Après avoir décrit le massacre parisien comme une juste sanction d’une odieuse conspiration contre le roi, il concluait : « Par là lintention de sa majesté est assez cognu pour le traitement qui se doit faire aux huguenots des autres villes, et aussi le moyen par lequel nous pouvons espérer de voir par cy après quelque assuré repos en notre pauvre Eglise catholique. » […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

Quand un film nous parle de nos lectures

Je suis allé voir Drive my car, le film du japonais Ryūsuke Hamaguchi, un film long (3 heures) et méditatif qui m’a, à vrai dire, totalement transporté.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

« Relions-nous ! », cette transition à l’œuvre

D'éminents scientifiques émettent des propositions pour mieux conforter ou émanciper la transition que nous traversons.

Un contenu proposé par Vivre et espérer

« Tralala », une comédie musicale dépareillée

Les chansons sont composées par plusieurs artistes, et non des moindres (Philippe Katerine, Jeanne Cherhal, Dominique A, etc.)

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Napoléon et la question de la guerre (2/4)

Le bicentenaire de la mort de Napoléon est l’occasion de revenir, en 2021, sur les questions qui « fâchent » – ici, la guerre – en replaçant l’homme dans son temps et en lui rendant la place unique qu’il y tient.

Un contenu proposé par Réforme