Rennes sous l’Édit de Nantes

C’est à Rennes que les huguenots eurent le plus à souffrir de la vindicte de leurs ennemis : son temple fut brûlé ou démoli cinq fois de suite en moins d’un siècle !

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 20 octobre 2017

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

La période dit « de l’Édit », de 1598 à 1685, est tout sauf une époque apaisée dans les relations entre catholiques et protestants en Bretagne. On est passé, comme nous l’avons dit ailleurs, d’une phase de guerre de religion classique à un ensemble d’affrontements apparemment plus feutrés, largement judiciarisés, mais qui ont pu, par périodes, déboucher sur des combats et des crimes locaux.

C’est à Rennes que les huguenots eurent le plus à souffrir de la vindicte de leurs ennemis. La communauté protestante de la capitale bretonne reste en effet titulaire d’un triste record, inégalé dans le Royaume : son temple fut brûlé ou démoli cinq fois de suite en moins d’un siècle ! A chaque fois ou presque, la recherche des responsabilités met en évidence la responsabilité des « écoliers des Jésuites ».

On connaît le rôle d’un certain nombre de congrégations dites de la « Contre-Réforme » dans la réaffirmation et le renforcement de la foi catholique. Deux d’entre elles semblent avoir joué une activité de premier plan dans l’opposition systématique aux droits difficilement concédés à la minorité huguenote. Citons, par exemple, les Oratoriens dans le Comté de Nantes, et surtout les Jésuites dans le reste de la province. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Family Romance" de Werner Hertzog, "Citoyens du monde" de Gianni di Gregorio et s'entretient avec Eric Barbier, réalisateur de "Petit pays".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Cet amour qui nous grandit

L’auteure nous guide à la découverte du Cantique des cantiques, ce chant d’amour aux accents profanes et érotiques.

Un contenu proposé par Labor et Fides

« Tenet », sans doute le film le plus jubilatoire de Nolan

On retrouve un thème de prédilection de Nolan, le temps, qu’il triture dans tous les sens à partir de la thèse de l’inversion du temps.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Le Gard dans la tourmente révolutionnaire

Cet ouvrage rend hommage aux vaincus qui n’ont pas failli à leur idéal.

Un contenu proposé par Éditions Ampelos