Les Protestants bretons

Cinq siècles de protestantisme en Bretagne, par Jean-Yves Carlier.

Derniers contenus de Les Protestants bretons

Rennes sous l’Édit de Nantes

C’est à Rennes que les huguenots eurent le plus à souffrir de la vindicte de leurs ennemis : son temple fut brûlé ou démoli cinq fois de suite en moins d’un siècle !

Publié le 20 octobre 2017

Le château de Beaufort, à Plerguer

Le lieu est aujourd’hui connu pour la communauté de moniales dominicaines qui y réside. Ce que l’on sait beaucoup moins, c’est que le manoir de Beaufort a tenu un rôle essentiel au sein du protestantisme autrefois.

Publié le 5 septembre 2017

Le château de La Moussaye

Cet édifice, protestant depuis sa construction jusqu’à la Révocation, se cache dans les bois, non loin de Broons.

Publié le 12 août 2017

1882, un temple neuf à Rennes

Une délibération du conseil presbytéral du 2 août 1875 décida l’achat d’un terrain et le rassemblement d’une somme de 20.000 francs pour la construction de l’édifice qui en coûterait au final le triple.

Publié le 22 juillet 2017

Quand le Parlement de Bretagne refusait l’enregistrement de l’Édit de Nantes…

La résistance des magistrats bretons s’inscrit dans un mouvement plus général de refus dans l’ouest du royaume. Le cas le plus évident concerne le parlement de Normandie.

Publié le 29 juin 2017

Charles Vermeil à Rennes (1857-1870)

Après plusieurs années sans ministre du culte résident, les protestants rennais bénéficient enfin du ministère de Charles Vermeil.

Publié le 5 mai 2017

Vers l’Édit de Nantes

Le duc de Mercoeur, gouverneur rebelle de Bretagne, pouvait-il gagner le conflit qui l’opposait à Henri IV ?

Publié le 13 avril 2017

Pierre Merlin (vers 1535-1603)

Le plus éminent des pasteurs de Vitré était issu d’une famille protestante du Dauphiné.

Publié le 2 mars 2017

Sucé : la cour Gaillard

Le site de la Cour Gaillard est le dernier vestige de la présence huguenote à Sucé-sur-Erdre.

Publié le 17 février 2017

Anne d’Alègre (vers 1565-1619)

La dernière comtesse de Laval-Vitré du XVIe siècle semble avoir attiré les critiques de ses coreligionnaires : frivole et velléitaire, elle aurait bradé l’héritage protestant breton. La réalité est pourtant bien plus positive.

Publié le 19 janvier 2017