Les protestants de Vitré après l’Édit de Nantes

« Après la tempête du siège de Vitré et l’Édit de Nantes de 1598, il fallut se résigner à vivre ensemble ».

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 23 février 2018

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Ainsi peut-on résumer le nouveau contexte qui s’ouvre au début du XVIIe siècle dans la ville qui est, pour quelques mois encore, un fief des Laval. Vitré avait été, pendant les guerres de la Ligue, un cas tout à fait particulier en Bretagne, car les Huguenots y étaient en force, imposant leur volonté à leurs voisins et cousins catholiques.

Tout change, par la volonté du roi, au lendemain de l’Édit. Les calvinistes de la ville doivent rendre à la religion romaine, les lieux de culte qu’ils s’étaient un temps appropriés. Sous la surveillance des commissaires de l’Édit, ils doivent donc rétrocéder les lieux de culte dont ils s’étaient emparés, tandis que le clergé « rebénit » les cimetières municipaux où se trouvaient les dépouilles des huguenots qui en sont désormais exclus. Ce sera d’ailleurs une des premières mesures prises en l’an 1600 par la municipalité de la ville : acheter pour 400 Livres un terrain qui servira désormais de lieu d’inhumation pour « ceux de la Religion ». C’est à la fois une mesure de séparation, une forme de décohabitation confessionnelle, et une conséquence logique de la fragile paix religieuse qui s’instaure en France pour trois quarts de siècle. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Sur le même thème

1863 : une école protestante à Gouesnach ?

En 1863, 30 ans après la loi Guizot et 15 ans après la loi Falloux, la commune de Gouesnach ne disposait toujours pas d’une école primaire...

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

L’affaire Esther Legges, à Saint-Malo

Durant la période de l’Édit de Nantes, les autorités catholiques se pensaient autorisés à utiliser tous les moyens possibles pour arracher les jeunes huguenots à leurs parents.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Rennes sous l’Édit de Nantes

C’est à Rennes que les huguenots eurent le plus à souffrir de la vindicte de leurs ennemis : son temple fut brûlé ou démoli cinq fois de suite en moins d’un siècle !

Un contenu proposé par Les Protestants bretons