François Marie Le Quéré, un évangéliste entre Bretagne et Normandie…

L’évangéliste François Le Quéré apparaît comme un personnage pivot : il fonda le temple de Plougrescant et l’œuvre des Bretons du Havre, appelée à devenir une des premières bases du pentecôtisme en France…

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 12 mars 2018

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Notre colporteur est né le 26 janvier 1842, dans un tout petit village des Côtes-du-Nord, à Trémel. Il partage la vie des garçons de son âge, entre travaux des champs, école et catéchisme catholique en langue bretonne. Un de ses camarades s’appelle Guillaume Le Coat, jeune homme brillant, petit-fils d’un lettré breton, nommé Guillaume Ricou, Ce dernier avait accepté, peu de temps avant sa mort, d’aider le missionnaire baptiste gallois, John Jenkins, à traduire le Nouveau Testament. A la fin des années 1850, à la suite du passage du colporteur Jean-Marie Guillou, un Réveil éclate à Trémel. La fille et le petit-fils de Ricou se convertissent, et le mouvement s’étend aux amis du jeune homme comme François le Quéré ou Yves Le Pape… Nous sommes chez des pauvres, sabotiers ou menuisiers, mais relativement indépendants des propriétaires catholiques, puisqu’ils ne sont pas agriculteurs.

Le missionnaire John Jenkins comprend toute l’importance de ces jeunes gens remplis de zèle. Guillaume Le Coat, échappé de peu au séminaire, part pour l’école normale protestante de Courbevoie. Il reviendra instituteur. François Le Quéré, qui maîtrise moins bien le français, est formé sur place, à Morlaix, comme colporteur et même comme prédicateur. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Sur le même thème

Les protestants de Vitré après l’Édit de Nantes

« Après la tempête du siège de Vitré et l’Édit de Nantes de 1598, il fallut se résigner à vivre ensemble ».

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

1863 : une école protestante à Gouesnach ?

En 1863, 30 ans après la loi Guizot et 15 ans après la loi Falloux, la commune de Gouesnach ne disposait toujours pas d’une école primaire...

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

L’affaire Esther Legges, à Saint-Malo

Durant la période de l’Édit de Nantes, les autorités catholiques se pensaient autorisés à utiliser tous les moyens possibles pour arracher les jeunes huguenots à leurs parents.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons