Le château de La Moussaye

Cet édifice, protestant depuis sa construction jusqu’à la Révocation, se cache dans les bois, non loin de Broons.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 12 août 2017

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

D’après Charles Gouyon, les premières pierres furent posées le 23 mai 1583 dans un quadrilatère représenté par les fondations des tours d’une antique forteresse médiévale, sur un replat qui dominait le ruisseau et l’étang de la Rieulle. Même si Habasque voyait dans ce cadre « la situation la plus sauvage et en même temps la plus romantique », le site présentait quelques inconvénients, les eaux stagnantes favorisant les fièvres.

Le destin de la construction hésita longtemps et, à vrai dire, toujours. On estime aujourd’hui que l’édifice n’a jamais été achevé, et que ce qui en subsiste aujourd’hui est un assemblage assez ecclectique. On peut effectivement remarquer que la date de 1583 n’était pas la meilleure pour une entreprise à long terme. Les guerres de la Ligue commençaient. Charles Gouyon et Claude du Chastel préfèrèrent immédiatement la douceur et le relatif isolement du manoir du Val, avant que les combats leur fassent préférer les larges murailles de Tonquédec. De toutes façons la famille avait le choix des résidences, à commencer par le château de Plouër qui avait l’avantage de justifier l’exercice de fief de Saint-Malo-Dinan. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

Désigné coupable

Deux mois après les attentats du 11 septembre 2001, Mohamedou Ould Slahi est arrêté chez lui par la police mauritanienne et livré aux Américains. Il passera 14 ans en prison dont la plupart dans le camp de Guantanamo sur l’île de Cuba. Une analyse du dernier film de Kevin Macdonald.

Un contenu proposé par Pro-Fil

« Une histoire d’amour et de désir », équilibre entre pudeur et sensualité

Sans voyeurisme, mais avec finesse et précision, le film évoque sans ambage l’éveil à l’amour et au désir du jeune Ahmed.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Refaire les contes ?

Il était une fois les contes : Blanche-Neige, Cendrillon, Peau d’âne… Nous les lisons à nos enfants, soucieux de leur transmettre un imaginaire collectif et de les emmener vers des thématiques délicates de manière symbolique : peur, moquerie, mort, abandon, découverte de l’amour et de la sexualité.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Le courage de comparer

Dans son nouvel ouvrage, Jean-François Bert éclaire la pensée de Marcel Mauss.

Un contenu proposé par Labor et Fides