1882, un temple neuf à Rennes

Une délibération du conseil presbytéral du 2 août 1875 décida l’achat d’un terrain et le rassemblement d’une somme de 20.000 francs pour la construction de l’édifice qui en coûterait au final le triple.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 22 juillet 2017

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Le conseil acquit un terrain bien placé dans un nouveau quartier au sud de la Vilaine, 2 boulevard de la Liberté, mais le lot valait à lui seul 24.000 francs. A la fin 1877, le pasteur s’adressa au préfet afin d’obtenir la déclaration d’utilité publique et une subvention. Finalement le secours de l’État ne représenta que 15.000 francs et tout le reste, soit près de 100.000 francs, fut fourni par des dons ou avancé par des emprunts2. Un tel effort financier prouve que l’assemblée protestante semble désormais relativement aisée : l’état nominatif de 1873 fait apparaître effectivement quelques rentiers, industriels (en particulier dans la brasserie), et fonctionnaires. Le chantier du temple se poursuivit pendant 3 ans, de 1879 à 1882. Il coûta au final un peu plus de 100 000 francs ; la majeure partie de la somme fut couverte par les subventions de la ville, du conseil général et de l’État. Le ministre des cultes avait demandé dès 1878 à la ville de prendre la direction des travaux puis la propriété du temple, mais le conseil municipal avait refusé.

Le temple protestant de Rennes est l’œuvre de l’architecte protestant brestois Abel Chabal. Abel Chabal(1844-1913) était le fils de Théophile Chabal, le premier président du consistoire de Bretagne. Il était né à Annonay, où son père était alors pasteur, a été formé à l’École des Beaux Arts de Lyon, puis à l’École des Arts Décoratifs de Paris où il collabora avec Alfred Decloux (1824-1868), inspecteur des Monuments historiques et partisan dans ses réalisations de l’école dite de l’historicisme. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

Pierre et Hélène Gagnier

Le 1er mai prochain, le Centre Protestant de Rencontre de Nice prendra le nom de Centre Pierre et Hélène Gagnier, Justes parmi les Nations.

Un contenu proposé par Réveil

En 1903, la conversion de tout un village

Le 20 septembre 1903, le village d’Aullène, en Corse, accueille le pasteur Reboul et son épouse après que toute la population du village soit devenue protestante.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Lesguidières, dernier connétable de France

François de Bonne de Lesguidières a été fait duc et pair puis connétable de France en 1622, il y a quatre cents ans.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Lesdiguières : dernier connétable de France

Grand chef de guerre protestant, personnage incontournable de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle, François de Bonne de Lesdiguières a été fait duc et pair puis connétable de France en 1622, il y a quatre cents ans.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris