François de La Noue (1531-1591)

« Bayard huguenot », stratège de renom, célébré pour sa droiture morale autant que pour son intelligence, François de La Noue a sans doute été le plus glorieux des protestants bretons.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 11 mai 2016

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Si l’on prend au pied de la lettre le bel hommage que lui rendit Henri IV, c’était  » un capitaine qui valait mieux que toute une province « . François de La Noue a passé l’essentiel de son existence en dehors de la Bretagne, mais il y est né le 18 août 1531 au manoir de la Gascherie qui n’était pas encore un château, près de Nantes. Les hasards de la guerre ont voulu qu’il meure aussi en sa province natale, à Moncontour, des suites d’une blessure reçue lors du siège de Lamballe, en août 1591.

Il ne saurait être question de résumer ici l’exceptionnelle carrière militaire de François de La Noue. Elle a été retracée dans plusieurs ouvrages, dès 1661 par le pasteur Amirault, en 1892 par l’historien Henri Hauser, et plus récemment par Nicole Vray. Rappelons simplement que notre Breton, issu de la moyenne noblesse provinciale, a été successivement capitaine, gouverneur de La Rochelle puis des provinces de Poitou, Aunis et Saintonge et colonel-général de l’infanterie, c’est-à-dire le plus haut grade des troupes à pied du Royaume de France. Ses nombreuses années de service l’ont amené dans le Sud-ouest, mais aussi aux Pays-Bas, où il fut un des grands chefs militaires qui conduisirent ce pays à l’indépendance. François de La Noue a, semble-t-il,   été touché par le message de la Réforme quand il était un jeune adulte à la fin des années 1550. Très proche de François d’Andelot à qui il succèdera un jour comme Colonel-général, rien n’indique pourtant qu’il était présent lors de la fameuse prédication de 1558 au château de La Bretesche. Nous le voyons par contre, l’année suivante, au premier rang des Calvinistes qui encadrent et protègent les Huguenots de Nantes. Sa foi est profonde et durable. […]

 

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

La Saint-Barthélemy : qui a vraiment donné l’ordre ?

Plusieurs scénarios circulent, voici les trois principaux.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

La quête du Saint Graal

Le Graal se trouve au centre de la légende arthurienne et de la quête des chevaliers de la Table ronde. Dès le XIIIe siècle, il est assimilé au Saint Calice et prend le nom de Saint Graal.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Sur les pas de Saint Paul en Turquie

Aller en Turquie, c’est aussi faire un voyage au sein des débuts de l’Église à partir du IIe siècle.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Les dernières heures d’Annie Funk sur le Titanic

Il y a 110 ans, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombrait après avoir heurté un iceberg lors de sa traversée inaugurale de l’Atlantique. Parmi les 1500 victimes de ce naufrage, une mennonite à l’histoire saisissante : Annie Funk.

Un contenu proposé par Christ Seul