Guillaume Ricou

Il est bien oublié aujourd’hui le La Fontaine de la langue bretonne ! Sait-on également qu'il participa à la traduction du Nouveau Testament en langue bretonne ?

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 21 janvier 2016

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Guillaume Ricou a été en son temps une personnalité connue du milieu culturel bretonnant. Des auteurs aussi divers que Guillaume Lejean et Émile Souvestre lui ont consacré des notices élogieuses dans leurs ouvrages. Du coup, grâce à son héritage littéraire, le souvenir de cet humble agriculteur de Trémel s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui. Ce que l’on sait moins, c’est que Guillaume Ricou s’était converti au protestantisme à la fin de sa vie et qu’il a été le collaborateur du pasteur Jenkins dans sa traduction du Nouveau Testament en breton.  Il était né le 17 février 1778 à Trémel, qui n’était alors qu’une simple trève, une succursale de la paroisse de Plestin. Écoutons Émile Souvestre :

« Ricou est le Burns (célèbre poète écossais) de notre Basse- Bretagne, devenu poète sans études premières, et, ce qui est plus étonnant, poète moraliste ! Rien dans sa vie pourtant n’a aidé à cette vocation. Ses parents qui étaient de simples journaliers, lui mirent la pioche en main dès que ses bras purent la manier, et depuis il n’a point cessé de se livrer aux plus rudes travaux de la campagne. Pauvre, même pour un pays où les plus riches n’ont que le nécessaire, Ricou a élevé à grande sueur de son corps et aux grands tourments de son âme, une nombreuse famille qui commence à l’aider maintenant qu’il se fait vieux. C’est au milieu de toutes ces circonstances défavorables que son talent est né, s’est développé, s’est révélé. Il avait appris seul à lire et à écrire » […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

Les illusions obscurantistes du « Connais-toi toi-même » (2)

Cette formule a bonne presse mais quelles sont ses significations ? Dans cette deuxième partie : « Socrate : « connais-toi toi-même » contre la créativité.

Un contenu proposé par Le blog d’Yves Roucaute

« Ondine », une belle histoire d’amour tragique

Le film revisite le mythe d’Ondine qui raconte l’histoire d’une jeune fille vivant dans un lac et que les jeunes hommes au coeur brisé viennent rechercher en quête d’amour.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« Nézida »

Ce livre met en scène la Drôme protestante au 19eme siècle à travers l'histoire de Nézida, morte en 1884, à l’âge de 28 ans.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Family Romance" de Werner Hertzog, "Citoyens du monde" de Gianni di Gregorio et s'entretient avec Eric Barbier, réalisateur de "Petit pays".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante