Henri Fargues (1837-1906), pasteur nantais

Henri Fargues fut, avec Guillaume Le Coat, l'un des pasteur les plus engagés de Bretagne dans les combats de la République.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 9 décembre 2015

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Engagé dans le camp évangélique, il avait la réputation d’être proche des dissidents qui s’organisaient dans la région toute proche du Chambon-sur-Lignon. Son fils, Henri Paul Émile nait aux Vastres en 1837, peu avant la mort d’un père dont il adoptera les convictions. Henri Fargues fait ses études à Cahors, aux côté de Léon Gambetta dont il restera très proche. Mais il se destine au ministère. Après ses études de théologie, il se rend à Philadelphie, aux Etats-Unis, où il fonde une école de langue française et prend en charge une communauté francophone.

A son retour en Europe, il épouse en 1864 à Renan, dans le canton de Berne, une jeune fille suisse, Évodie Brandt, qui lui donnera 4 enfants. Il est bientôt appelé par l’Église Réformée de Tonneins (Lot-et-Garonne) où il est choisi par la majorité évangélique à la suite d’un conflit interne qui l’avait opposée aux libéraux. Il se fait bientôt remarquer, car il n’hésite pas à venir prêcher en 1867 dans l’Église libre de Clairac, non loin de là, pour y accueillir les Réformés de tendance évangélique minoritaires de cette petite ville. L’affaire fait quelque bruit sur le plan local, mais l’attitude d’Henri Fargues n’est pas pour déplaire au bouillant Benjamin Vaurigaud, alors président du consistoire de Nantes et chef de file du camp orthodoxe-évangélique dans les violents affrontements qui déchirent alors les communautés protestantes françaises. Aussi l’appela-t-il à Nantes en 1874 comme pasteur en second pour succéder à Jean Sohier qui venait de décéder prématurément. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

Les dernières heures d’Annie Funk sur le Titanic

Il y a 110 ans, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombrait après avoir heurté un iceberg lors de sa traversée inaugurale de l’Atlantique. Parmi les 1500 victimes de ce naufrage, une mennonite à l’histoire saisissante : Annie Funk.

Un contenu proposé par Christ Seul

La destruction des idoles

Un état des lieux des pratiques iconoclastes, d'Abraham à l'État islamique.

Un contenu proposé par Labor et Fides

Grandeur et modestie des édifices modernes

Cécile Rivière est architecte, et doctorante en histoire de l’architecture. Ses recherches portent sur les églises et temples construits et reconstruits après la Seconde Guerre mondiale en Alsace. Elle revient sur les grands marqueurs de l’histoire de ce patrimoine mal aimé.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Qu’est-ce que résister ?

Une réflexion historique sur la résistance qui aborde le sujet avec simplicité et pédagogie. Le compte-rendu de conférence est suivi de questions et réponses.

Un contenu proposé par LibreSens