Jeanne de Maure

Cette protestante bretonne eut un rôle important dans la province au XVIe siècle lors de la formation des Églises huguenotes.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 2 septembre 2015

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

Jeanne de Maure serait née dans les années 1520, fille de François de Maure et d’Hélène de Rohan-Guéméné. Elle épouse en 1538 Jean du Quélennec, vicomte du Faou et sire du Quélennec, dont les aïeux avaient eu la charge d’amiral de Bretagne. Il avait hérité de la baronnie du Pont (L’Abbé) et de Rostrenen à la mort d’Anne de Foix, sa mère. Le couple eut trois enfants survivants : Charles, seigneur de Carnoët, qui sera à son tour baron du Pont. Sous le nom de Soubise, il deviendra un capitaine protestant et sera le premier époux de Catherine de Parthenay. Les deux autres, Jeanne et Marie, ne semblent pas avoir persévéré dans le calvinisme.

Nous ne savons rien de l’engagement religieux de Jeanne de Maure avant 1559. Sans doute devait-elle être tiraillée entre le choix de son frère, le comte Claude de Maure, dont on sait qu’il avait été pionnier de la Réforme en Bretagne, et la religion de son mari, dont rien n’indique qu’il ait abandonné le catholicisme.

Devenue veuve en 1553, Jeanne de Maure réside désormais au manoir de la Clarté, dans la paroisse de Cornillé, non loin de Vitré. C’est une châtellenie d’ancienneté, siège d’une haute justice. Cela donne à la soeur du comte de Maure toute latitude pour afficher sa foi protestante. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

En 1903, la conversion de tout un village

Le 20 septembre 1903, le village d’Aullène, en Corse, accueille le pasteur Reboul et son épouse après que toute la population du village soit devenue protestante.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

La quête du Saint Graal

Le Graal se trouve au centre de la légende arthurienne et de la quête des chevaliers de la Table ronde. Dès le XIIIe siècle, il est assimilé au Saint Calice et prend le nom de Saint Graal.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Aux sources du yoga

Le succès du yoga en Occident ne faiblit pas. D’abord une mode dans les années 1960-1970, c’est devenu une activité pratiquée un peu partout dans le monde. Le musée Guimet propose de revenir à l’origine de ce mouvement qui est d’abord une très ancienne spiritualité.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Lesdiguières : dernier connétable de France

Grand chef de guerre protestant, personnage incontournable de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle, François de Bonne de Lesdiguières a été fait duc et pair puis connétable de France en 1622, il y a quatre cents ans.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris