Jusqu’à ce que la mort nous sépare

Une comédie à découvrir absolument au Théâtre de l’Epée de bois à Paris jusqu’au 22 décembre.

Un contenu proposé par Un tour des arts

Publié le 13 décembre 2019

Auteur : Swann Kerboeuf

Lire directement l’article sur Un tour des arts

Il y a des temps où l’on revient à la source, durant lesquels le destin nous fait regarder en arrière.

Après des années d’absence, Simon revient chez sa mère pour enterrer sa grand-mère. Il n’a eu d’amour ni pour l’une ni pour l’autre. Il revient tout de même comme par devoir dans cet endroit qu’il avait délaissé.

La pièce commence après la crémation. Urne en mains, bien au milieu de la table.
« Pas sur le bord » dit la mère. « Afin qu’elle ne tombe pas », insiste-t-elle.

Puis vient l’élément déclencheur : Anne, la voisine. Simon ne l’a pas vu depuis dix ans.
A l’époque, ils s’aimaient d’un amour platonique. Même si Simon l’aurait voulu dans son lit.

Ils sont attirés, aimantés l’un par l’autre, comme s’ils désiraient rattraper le temps perdu. En échangeant quelques phrases, ils se retrouvent collés à l’urne qui les sépare de peu. A l’approche d’un baiser, les mains d’Anne lâchent. L’urne se brise étalant au sol les cendres de la grand-mère qu’elle contenait.

Les deux personnages feront tout pour que cela ne se sache pas, avant qu’une issue de secours aux mensonges dans lesquels ils se sont enlisés soit […]

Lire la suite sur Un tour des arts

Vous pourriez aimer aussi

De nos frères blessés

De nos frères blessés

Au théâtre de l’Opprimé à Paris s’est joué le spectacle De nos frères blessés inspiré du roman éponyme de Joseph Andras.

Un contenu proposé par Un tour des arts
Moon

Moon

Jusqu’au 23 novembre, le théâtre du Petit Parmentier à Neuilly-sur-Seine accueille le spectacle Moon de la compagnie l’Eléphant.

Un contenu proposé par Un tour des arts
Le théâtre des tours d’ivoire

Le théâtre des tours d’ivoire

Qu’il est beau le monde vu d’en haut, qu’il paraît petit.

Un contenu proposé par Un tour des arts