Le manoir de Kervaudu, au Croisic

Cette pittoresque gentilhommière du Croisic allie beauté architecturale et témoignage du passé, protestant en l’occurrence.

Un contenu proposé par Les Protestants bretons

Publié le 10 novembre 2016

Auteur : Jean-Yves Carluer

Lire directement l’article sur Les Protestants bretons

S’il n’y a aucune indication qu’un prêche collectif ait été organisé en ce lieu, ses propriétaires successifs ont atteint une certaine notoriété. Et, bien entendu, les Réformés des XVIe et XVIIe siècles y ont exercé leur culte de famille.

Les premiers propriétaires protestants du manoir semblent avoir été Aubin Le Roy et Guillemette Le Pourceau, dont nous ne savons, hélas, pas grand-chose. Le manoir est ensuite acquis par Jean puis René Gentilhomme, sieurs de Lespine.

Ce dernier connaît un destin assez peu banal. René Gentilhomme (1610-1671) s’était fait poète de cour, et à ce titre, comme beaucoup d’auteurs encore célèbres aujourd’hui, vivait des gratifications octroyées par les puissants du temps. […]

Lire la suite sur Les Protestants bretons

Dans la même rubrique...

Les dernières heures d’Annie Funk sur le Titanic

Il y a 110 ans, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombrait après avoir heurté un iceberg lors de sa traversée inaugurale de l’Atlantique. Parmi les 1500 victimes de ce naufrage, une mennonite à l’histoire saisissante : Annie Funk.

Un contenu proposé par Christ Seul

Lesguidières, dernier connétable de France

François de Bonne de Lesguidières a été fait duc et pair puis connétable de France en 1622, il y a quatre cents ans.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Sur les pas de Saint Paul en Turquie

Aller en Turquie, c’est aussi faire un voyage au sein des débuts de l’Église à partir du IIe siècle.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Un regard intime sur la chasse aux sorcières

Gwendolin Ortega, chercheuse en lettres à l’Université de Lausanne, étudie les procès en sorcellerie dans l’espace alpin jusqu’en 1536.

Un contenu proposé par Réformés