Théâtre

Out of order

Du 6 au 8 février s’est jouée Out of order, une production du collectif britannique Forced entertainment, au Centre Georges Pompidou.

Un contenu proposé par Un tour des arts

Publié le 7 février 2020

Auteur : Swann Kerboeuf

Lire directement l’article sur Un tour des arts

Des clowns en costume à carreaux écossais, avec un maquillage soulignant la fatigue (noir sur les yeux comme des balafres et un rouge à lèvres qui déborde). Sacrée peinture de notre société : derrière le sérieux de ces adultes se cachent des enfants au comportement puéril. Ils sont tous réunis autour d’une table. Mais les chaises ne mettent pas longtemps à valdinguer sur l’ensemble de la scène. Car au premier regard échangé jaillit de ces bouffons une animosité féroce. Ils se courent après comme le chat et la souris sur une musique de soul-lover puis s’affalent au sol, exténués.
Le filtre du costume de clown révèle au grand jour les pulsions de la chair et le silence de ce spectacle muet nous fait tendre l’oreille sur le malheur de leur insatisfaction.

Comme tout bon clown, on s’ennuie sur ce plateau noir et nu, on est curieux d’un rien, on fouille ses poches et l’on s’amuse à observer le trajet aléatoire d’un ballon qui se dégonfle. On suit l’instant, poussé par nos envies, ce qui nous passe par la tête avant qu’un signe prenne vie. On suit notre prochain portant une chaise, celui de derrière en porte deux et ainsi de suite jusqu’à former une procession éreintée comme les Hébreux traversant le désert.

A l’image du spectacle, les propositions scéniques se réitèrent et s’éternisent. Le public finit par se lasser d’un spectacle pourtant étonnant au commencement. Malgré la recherche de profondeur dans la création de Tim Etchells, celle-ci semble comme un produit sorti de laboratoire sans faire l’objet d’une audit avant d’être commercialisé.

Lire la suite sur Un tour des arts

Vous pourriez aimer aussi

Arrête, je vois la parole qui circule dans tes yeux

Arrête, je vois la parole qui circule dans tes yeux

Fin janvier, la compagnie Arkadina a surpris les spectateurs avec un spectacle faisant l’apologie du verbe.

Un contenu proposé par Un tour des arts
Élémentaire

Élémentaire

Un-seul-en-scène d’une grande richesse sur le parcours d’un comédien qui s’est présenté au concours de professeur des écoles en 2016.

Un contenu proposé par Un tour des arts

Jusqu’à ce que la mort nous sépare

Une comédie à découvrir absolument au Théâtre de l’Epée de bois à Paris jusqu’au 22 décembre.

Un contenu proposé par Un tour des arts

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Un tour des arts

Critiques, interviews, explorations. Le blog de Swann, étudiant, critique d’art et spécifiquement de théâtre.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram