Le temple de la rue Madame fait peau neuve

Le temple de la rue Madame fait peau neuve

A Paris, la communauté du temple de la rue Madame souhaite transmettre son patrimoine tout en innovant pour le rendre plus vivant, plus beau et plus visible.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 9 décembre 2019

Auteur : Anne-Marie Balenbois

Le verset « Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier »  : du psaume 119 a été le chemin directeur de cette rénovation. L’idée est de transformer un lieu vénérable pour lui faire passer le XXIe   siècle, le rendre visible, beau et accueillant. Depuis la fusion des paroisses de Pentemont et du Luxembourg en 2005, de nombreuses réflexions ont été menées sur l’avenir des communautés. Il ressort des consultations que la rue Madame souhaite garder le caractère libéral qui présidait à sa fondation, lorsque Roger Hollard en a été le premier pasteur pendant 35 ans. La décision a été prise de garder le lieu de culte pour le faire grandir en répondant au besoin de beauté et de spiritualité exprimé dans le projet d’Église, car l’un ne va pas sans l’autre.

À la source, la lumière

Inauguré en 1857, le temple du Luxembourg avait bien besoin de travaux. La façade sur la rue est en pierre, d’inspiration néo-gothique, avec une chapelle au premier étage. Le rez-de-chaussée était conçu à l’époque pour des salles de classe, qui ont été supprimées lorsque l’instruction a été rendue gratuite et obligatoire. Les vitraux de la chapelle n’ont jamais été retouchés ; ils étaient en verre blanc et obscurcis au fil du temps par la saleté en haut et des tribunes qui ont totalement obturé la partie basse. De la rue, même lors des cultes du soir éclairés, il était bien difficile de soupçonner l’existence d’un temple. À l’intérieur, l’éclairage laissait aussi à désirer et était à reconfigurer entièrement. Il a fallu plusieurs années de réflexion avant que la communauté se mette d’accord sur un projet : des vitraux neufs et colorés visibles de la rue grâce à des tribunes décalées, un éclairage intérieur et une sonorisation repensés avec une électricité sécurisée et un rafraîchissement des peintures. Le tout est confié à une architecte du patrimoine et à un artiste verrier pour les vitraux. De la chaire aux sièges les plus éloignés, les couleurs s’éclaircissent et se multiplient pour symboliser la diffusion de la Parole. Les concepteurs espèrent que le bâtiment va contribuer à rendre la paroisse visible et ouverte sur l’extérieur, pour donner l’envie de franchir la porte. Afin qu’aucun paroissien n’oublie le chemin pour venir au temple, il faut souligner que toutes les activités sont maintenues rue Madame pendant les travaux (sauf les concerts), dans des salles au-dessous ou au-dessus des lieu x impactés.

Un acte de foi

Reste la question difficile du financement. Bien que prospère, la paroisse n’a pas de « trésor de guerre », car sa politique est de donner à la région l’excédent de la collecte. Une première campagne de financement a permis de lancer les travaux avant d’avoir réuni la totalité de la somme nécessaire. Il manquait encore 20 %, c’est à-dire 150 000 € le jour du premier coup de pioche ! Le président Arnaud Latscha et le trésorier Antoine Bouvatier soulignent que l’argent ne doit pas diriger le projet, qui est un acte de foi. « Nous avons un devoir de transmission, mais aussi de ne pas se contenter de ce qu’on a », disent-ils. Ils appellent donc encore aux dons, car un tel projet ne peut marcher que si chacun y adhère et s’implique, pour que le protestantisme puisse continuer à rayonner dans la cité.

Pour faire un don : Église Protestante Unie de Pentemont-Luxembourg, 58 rue Madame 75006 Paris.

Sur le même thème

Le Temple neuf

Vaste édifice gothique, l’ancienne église du couvent des dominicains est affectée par la Ville en 1531 à des activités d’enseignement.

Un contenu proposé par Musée protestant
L’Église Protestante Unie de Corse

L’Église protestante unie de Corse

C’est au milieu du 19ème siècle que l’Église protestante s’est installée en Corse, sur cette terre ô combien catholique. Une paroisse disséminée, géographie oblige, mais bel et bien active et solidaire.

Un contenu proposé par Regards sur les Paroisses
Projet Dreux : « On ne te nommera plus délaissée »

Projet Dreux, ou comment redonner vie à une paroisse

Le 8 septembre a été célébré le premier culte d’une nouvelle ère pour l’Église de Dreux-Marsauceux. Le pasteur Julien Coffinet y a été envoyé en mission pour deux ans.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram Les dossiers thématiques de Regards protestants